Blog

Minute d’Act One : Autorité et légitimité

Autorite Legitimite

La Minute d’Act One revient ! Le principe est simple : vous transmettre une bonne pratique d’animation que nous utilisons régulièrement, et l’illustrer par une vidéo d’une minute… environ !
Voici le deuxième épisode animé par Suzanne Lafont : « Autorité ou légitimité ? »

Principe

Animer une séance de créativité demande un subtil équilibre d’écoute et de canalisation de la parole des participants. Trop libéral, l’animateur risque d’être débordé par les membres les plus actifs du groupe. Trop autoritaire, il peut briser la confiance et la convivialité nécessaires à la qualité des échanges… Découvrez sur cette vidéo les méthodes d’Act One pour trouver le juste équilibre !

Quelques astuces

  • Rester ouvert et comprendre l’origine du problème sans en faire une question personnelle
  • Ne pas s’engager individuellement mais toujours se reposer sur le groupe. Par exemple : demander « Qu’en pensent les autres ? »
  • Le cas échéant, proposer au participant de prendre du recul afin de permettre au reste du groupe de s’exprimer mais lui proposer d’observer l’animation pour, éventuellement, mieux réintégrer le groupe

En Images

  1. Brice ChallamelBrice Challamel12-13-2010

    Une précision suite à cet article : il est très rare d’en arriver à demander à un participant de « prendre du recul » et de se mettre en position d’observateur. En sept ans d’animation, ça ne m’est arrivé qu’une seule fois.

    Sinon dans 99,99% des cas, l’option de se retourner vers le groupe pour lui demander son avis suffit à rendre tout le monde responsable et à ramener un esprit de bonne camaraderie… 😉

    • Simon JeanninSimon Jeannin12-13-2010

      Cette technique suppose que l’animateur puisse se reposer sur le groupe mais que faire dans le cas où le groupe n’accepte pas les règles énoncées et les juge trop contraignantes ?

      • Brice ChallamelBrice Challamel12-13-2010

        C’est une crainte naturelle… et répandue ! Commençons par préciser que ça n’arrive jamais, sinon à quoi bon organiser une séance de créativité ? Autant se donner rendez-vous au café et discuter sans la présence d’un animateur.

        Ce qui ne nous empêche pas d’imaginer la situation… Pour ma part, je préfère toujours laisser l’avantage au groupe car après tout, l’animateur est toujours à son service et qu’il est de toutes les manières très difficile de s’opposer au groupe tout en gardant la bonne humeur nécessaire.

        L’animateur peut alors simplement dire qu’il est content d’avoir un groupe qui s’entend si bien, ce qui lui facilitera le travail et nécessitera moins de règles… Et proposer de n’en garder qu’une seule qui est de ne pas critiquer les propositions mais, au contraire, de toujours chercher leurs côtés positifs dans la posture de « l’avocat de l’ange ».

        Cette règle est en effet au cœur de l’intelligence collective, les autres étant plutôt des bonnes pratiques destinées à améliorer le déroulement de l’exercice.

  2. Tasnime MounavaralyTasnime Mounavaraly12-13-2010

    En animation, il arrive aussi que plusieurs participants s’expriment en même temps (qu’ils soient en opposition ou non avec la méthode) et que l’animateur ne puisse pas prendre en note toutes les idées. Pour canaliser l’énergie du groupe, l’animateur peut simplement signaler qu’il n’arrive pas à suivre et désigner un ordre de parole des personnes qui souhaitent donner des idées. Chacun peut alors s’exprimer et être écouté par le groupe… et l’animateur peut prendre en compte toutes les propositions 🙂

    • Florence PicardFlorence Picard12-13-2010

      C’est juste, et c’est ce que l’on peut espérer de mieux en tant qu’animateur : que les idées fusent et que tout le monde participe ! Pour que chacun se sente entendu et que toutes les idées soient notées, il faut cependant être très rapide en prise de note et n’écrire que l’essentiel (les mots clés de l’idée) sur Papershow (ou sur paperboard).

      Et pour ne pas perdre les détails de l’idée, le mieux est d’être accompagné d’un preneur de note, formé à taper au clavier à la vitesse minimale de 60 mots/minute. Nous sommes ainsi assuré de conserver l’intégralité des propos exprimés par les participants. Et si possible sur un logiciel de cartes mentales (nous utilisons Mind Manager au sein d’Act One), afin de regrouper en direct les idées par thème. Mais ceci est une autre histoire… qui pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un autre article ! 🙂

  3. Emmada75Emmada7512-18-2010

    Comment faire si les participants discutent en apparté et que cela fait un bruit de fond gênant pour l’animateur et le groupe? J’ai tenté de définir les règles au début, de faire cesser avec humour, de me taire, voire même d’être directive mais ça fait vraiment maitresse d’école et en fait ça ne change rien.

    • Brice ChallamelBrice Challamel12-18-2010

      Bonne question ! Là comme ailleurs, il n’y a pas de réponse parfaite mais ce que nous faisons généralement, c’est que nous demandons aux personnes de redire tout haut ce qu’elles disaient en aparté. Nous pas pour les gêner ou les punir, mais pour les entendre. Attention, cette intention doit être sincère, sinon ils se sentiront montrés du doigts et la bonne ambiance en souffrira.

      Pourquoi vouloir entendre les petits apartés ? Parce qu’ils recèlent souvent de bonnes idées ! Le simple fait que la ou les personnes n’osent pas les dire tout haut montre déjà qu’elle sont originales ou décalées. Si ce sont des critiques ou des commentaires négatifs, nous leur demandons de les transformer en propositions concrètes pour répondre au point noir qu’ils ont su déceler. Si c’est drôle ou impertinent, tout le monde va rire, puis relancer et souvent aboutir à des solutions vraiment originales.

      Le pire qui puisse arriver est que l’aparté soit en fait sans aucun lien avec le sujet… Et nous leur demandons alors d’en trouver un (ce qui est une déclinaison des exercices de créativité aléatoires). Bien souvent, le lien sera drôle ou impertinent, ce qui nous ramène au cas précédent. Pour résumer donc : transformez la contrainte en opportunité : les bonnes idées commencent souvent en marge de l’animation ! 😉

      Si d’autres personnes lisant ces commentaires des propositions alternatives pour gérer cette situation, n’hésitez pas à les partager aussi !

  4. Emmada75Emmada7512-19-2010

    Merci Brice. Je vais tester ça très vite. Emmanuelle

Leave a Reply